Loi Pinel Locataire

Loi Pinel : quelle est la rentabilité locative ?

Quand on souhaite investir dans l’immobilier locatif, c’est pour que l’investissement soit rentable, ce qui est logique. Par conséquent, il convient de louer le bien rapidement et au meilleur prix.

En effet, en optant pour la location de son bien immobilier, on bénéficie d’un revenu complémentaire qui rentre tous les mois (le loyer). Seulement, si vous avez contracté un prêt ou un emprunt pour financer votre investissement, mieux vaut que le prix du loyer soit plus élevé que les mensualités de votre prêt afin que cela soit rentable pour vous.Par conséquent, avant d’acheter un bien immobilier, calculez d’abord sa rentabilité locative. Vous ne savez pas comment faire ? Ne vous inquiétez pas, la réponse se trouve ici.

Pourquoi connaitre la rentabilité locative de son futur bien immobilier ?

Comme expliqué plus haut, vous allez certainement devoir faire un crédit pour pouvoir financer votre investissement immobilier. Ainsi, chaque mois, vous devrez rembourser ce crédit et les mensualités seront certainement assez élevées si vous ne voulez pas payer toute votre vie.

Alors certes, en optant pour le dispositif Pinel, vous allez bénéficier d’une défiscalisation de 12, 18 ou 21 % selon la durée minimum de location, de plus, vous obtiendrez également un revenu complémentaire grâce à l’encaissement des loyers mais est-ce que cela suffira-t-il à combler les mensualités de votre crédit ? Pas toujours. C’est pour cela qu’il est très important de calculer la rentabilité locative d’un logement afin de ne pas avoir de mauvaises surprises par la suite.

Comment calculer la rentabilité locative d’un logement ?

Il existe deux types de calculs de rentabilité locative, la plupart des gens ne le savent pas. En effet, il y a la rentabilité locative brute et la rentabilité locative nette.
>Pour calculer la rentabilité locative brute, le calcul est plutôt simple : (loyer mensuel x 12 mois) x 100 / prix d’achat du bien.

>Pour calculer la rentabilité locative nette, voici le calcul : (loyer mensuel x 12 mois – charges – taxe foncière – impôts – défiscalisation Pinel) x 100 / prix d’achat du bien + frais de notaire + frais divers (bancaires…).

Grâce à ces calculs, vous pourrez savoir si votre bien sera rentable ou non.

Comme vous l’aurez compris, calculer la rentabilité locative est très important car c’est la seule manière qui permet de connaitre avec précision la rentabilité d’un bien immobilier. Alors avant de vous lancer une bonne fois pour toutes, réfléchissez bien à cela car si le bien n’est pas rentable, vous perdrez plus d’argent que ce que vous allez en gagner, ce qui n’est pas du tout intéressant, il faut l’avouer. Dans tous les cas, ne vous faites pas avoir par la défiscalisation offerte par le dispositif Pinel. Si les chiffres avancés sont plutôt intéressant, c’est un calcul dans sa globalité qu’il faudra faire. Beaucoup de gens font cette erreur. Ils sont attirés par les avantages fiscaux de la loi Pinel et ne pense pas au reste. Le problème c’est qu’ils se retrouvent avec un bien non rentable et parfois très difficile à revendre.

Loi Pinel quels sont les plafonds de ressources du locataire ?

Pour les baux conclus ou renouvelés en 2018, les plafonds annuels de ressources sont les suivants :

Plafonds de ressources Duflot/Pinel métropole

Zones (1)

A bis

Reste de la zone A

B1

B2 et C

Personne seule

37 508 €

37 508 €

30 572 €

27 515 €

Couple

56 058 €

56 058 €

40 826 €

36 743 €

Personne seule ou couple ayant une personne à charge

73 486 €

67 386 €

49 097 €

44 187 €

Personne seule ou couple ayant deux personnes à charge

87 737 €

80 716 €

59 270 €

53 344 €

Personne seule ou couple ayant trois personnes à charge

104 390 €

95 553 €

69 725 €

62 753 €

Personne seule ou couple ayant quatre personnes à charge

117 466 €

107 527 €

78 579 €

70 721 €

Majoration par personne à charge à partir de la cinquième

13 087 €

11 981 €

8 766 €

7 888 €

Conditions de location

Le propriétaire bailleur s’engage sur option à louer le logement pendant au moins six, neuf ou douze ans. L’option doit être exercée lors du dépôt de la déclaration des revenus de l’année d’achèvement de l’immeuble ou de son acquisition si elle est postérieure.

À l’issue de la période d’engagement de location initiale de six ou neuf ans, le contribuable pourra le proroger pour une ou deux périodes triennales, portant ainsi au maximum à douze ans la durée de son engagement de location et le bénéfice de la réduction d’impôt.

Le logement doit être loué nu à usage d’habitation principale du locataire.
La location est soumise au respect de plafonds de loyers et de ressources fixés par décret.

Louer à sa famille

Pour les investissements réalisés depuis le 1er janvier 2015, et contrairement au dispositif d’investissement locatif dit « Duflot », la location peut être consentie à un ascendant ou à un descendant du contribuable, tout en bénéficiant de la réduction d’impôt.